Choose your language

Exposition à la Galerie du Tableau

Exposition du 18 au 30 décembre 2017 – Galerie du Tableau – Marseille
www.galeriedutableau.org

Alors que ses précédentes expositions faisaient la part belle aux tons vifs (même nuancés par des touches plus froides), c’est sous l’égide du noir qu’Alejandra Melin-Lopez a placé cette nouvelle série. Pas un noir uniforme, compact, brillant mais un noir dégradé, tendant vers le gris, rehaussé çà et là par des filaments jaunes et blancs. L’aquarelle, dont elle use ici, se prête assez bien à ce genre d’ambiance : mais on se gardera de croire qu’elle reflète un état d’âme. D’entrée de jeu, sa peinture nous introduit dans un univers flou, nébuleux, d’ailleurs plus liquide qu’aérien si l’on en juge par le symbolisme des formes qu’elle y glisse – là une barque chaloupée, ailleurs des résilles ondulantes comme des méduses. Le spectateur est invité à abandonner ses repères pour s’immerger par l’esprit dans une sorte d’océan primitif. Ailleurs, l’artiste se plait à varier les limites géométriques de ses supports ; comme ces quatre cadres en forme de miroir  qui jouent sur le déplacement (et l’effacement) à la manière d’une séquence filmique. Autant d’indices qui dénotent une maturation de son travail – qui n’a d’ailleurs pas fini de s’intensifier.

Jacques Lucchesi